Comprendre le cuir

 

Qu'est ce que le cuir ?

En bref, de la peau conservée, utilisée depuis la nuit des temps par l'homme pour se protéger et se vêtir.

Des fouilles archéologiques ont mis à jour des installations préhistoriques de tannage des peaux et ont découvert, dans les tombeaux du Nil, des cuirs tannés et teints remontant à plus de 7000 ans.

Le cuir est l'heureuse synthèse de propriétés précieuses, souple et flexible, solide et très adaptable, respirant, résistant, facile à l'entretien, réfractaire à l'humidité, stable dans la forme. En plus de ces avantages pratiques, le cuir possède beauté et élégance. Il a du style !

Aucun laboratoire de recherches n'a pu, à ce jour, lui substituer un matériau synthétique réunissant les mêmes qualités.

 

Le choix des peaux :

L'animal

Le terme « vachette » dans le métier du cuir, regroupe tous types de bovins quel que soit leurs âges. Tous les animaux ont une peau de qualité puisqu'il s'agit d'un produit naturel. Cependant l'âge, la provenance et la méthode d'élevage créeront des différences… A peine plus de 10 % de ces peaux seront sélectionnées par les connaisseurs. Les caractéristiques typiques de la peaux (les plis, les veines, les rides…) renseignent le tanneur exactement sur la vie des animaux. Comment, où et combien de temps ils ont vécu, s'ils étaient paresseux et gras, vifs et maigres. Tout laisse des traces sur le cuir : les cicatrices (blessures de fils barbelés, piqûres d'insectes, césarienne, …). Des troupeaux négligés donnent des qualités de cuir moindre. La sélection se fera donc sur des critères sévères.

Le climat

Les maladies ou les piqûres de moustiques diminueront la qualité de la peau en abîmant son état de surface. On préférera donc aux climats chauds et humides, un climat tempéré de type européen.

L'âge

Pour obtenir un cuir de qualité optimale, la peau doit être choisie :

  • Ni trop jeune, pour éviter une texture insuffisamment formée qui se distendrait à l'utilisation
  • Ni trop vieille, car on multiplierait les risques d'égratignures et de marques en surface.

L'idéal se situe donc entre 28 e 42 mois, âge auquel la fleur est parfaitement constituée, sans pour autant être trop abîmée.

La provenance

Le type d'élevage joue également un rôle très important, les bêtes étant avant tout élevées pour leur lait, leur viande et non pour leur peau. Cependant dans les pays ou les métiers du cuir sont restés traditionnels, une plus-value est accordée aux éleveurs si la peau est de bonne qualité. Ce qui les incite donc à soigner leurs animaux et notamment éviter l'utilisation de barbelés comme clôture.

 

La teinture :

La teinture aniline

C'est sans aucun doute le meilleur procédé. La teinte se fait en foulons, par brassage et macération des cuirs tannés, dans un bain végétal à base de fleurs, de fruits, de racines et de feuilles savamment dosées pour obtenir la souplesse et le toucher du cuir fini. La pénétration de la teinte se fait en profondeur, de part et d'autre de la peau, et l'aniline apporte à la teinture une transparence semblable au mordancé du bois. Les caractéristiques naturelles de la fleur restent bien visibles et ses qualités préservées. Cependant le cuir est plus délicat et plus sensible aux salissures.

La teinture semi-aniline

Pour éviter cet inconvénient, une légère pigmentation artificielle peut-être rajoutée en surface lors de la finition. La teinte sera alors semi aniline, la résistance aux salissures améliorée, mais le toucher final légèrement moins naturel.

La teinture synthétique

On peut également appliquer au pistolet, lors de la finition une pigmentation synthétique. Contrairement aux deux premières méthodes, la teinte ne pénètre pas en profondeur, le cuir opérant une sélection naturelle en n'absorbant que les produits végétaux. La peinture bouche les pores du cuir qui devient inconfortable. Ce procédé n'est jamais dans l'élaboration des cuirs de la Maison Jandri Swann.

 

Les marques caractéristiques du cuir véritable :

On reconnaît le cuir véritable aux empreintes caractéristiques de la vie dans la nature.

Piqûres d'insectes

Elles sont superficielles et très denses. Les piqûres d'insectes sont des phénomènes naturels dans la vie d'un animal et doivent donc être acceptées.

Taches de fumier

Souvent il n'y a personne sur place pour brosser les restes de fumier. Ils s'incrustent et attaquent la peau qui devient rugueuse, sombre et poreuse. Ces marques sont utilisées aux endroits peu exposés.

 

Lésions cicatrisées

Les lésions bien cicatrisées doivent être acceptées. Le cas échéant, elles peuvent apparaître sous la forme de tâches plus sombres étant donné qu'elles absorbent beaucoup de teinte.

Plis d'engraissement

Bien être et santé éclatante sont inscrits dans la peau. Ces plis constituent donc une caractéristique appréciée du cuir.

Lésions ouvertes

De telles marques ne doivent pas être acceptées car elles constituent un affaiblissement du cuir.

Eraflures d'épines

Elles ne sont pas profondes au point d'affaiblir le cuir. Les cuirs présentant ces éraflures peuvent donc être utilisés.

 

Les cuirs de la Maison Jandri Swann

dLa Maison Jandri Swann connaît la valeur de la matière première naturelle et travaille dans ce sens. Le cuir chez Jandri Swann reste un produit de la nature.

Du cuir, et ici, seulement le nec plus ultra. Un dixième seulement du cuir produit en tannerie nous semble assez beau, et malgré tout seulement la moitié du cuir sélectionné est retenu par une coupe très étudiée et rigoureuse.

Une meilleure qualité dans la finition, des coutures soigneusement exécutées point par point, des coutures selliers donnent vraiment au cuir, d'une épaisseur de 1.5 à 3mm, une perfection incomparable. Ces caractéristiques qui le rendent si précieux pour bien des gens, donnent une impression cossue de stabilité et de valeur.

L'exposé qui précède s'est voulu objectif, technique et précieuse, dans un but d'information et sans arrière pensée commerciale.

Les cuirs utilisés par la Maison Jandri Swann sont tous sélectionnés dans les tanneries les plus réputées de Suisse, d'Allemagne, d'Autriche, d'Italie et d'Ecosse et issues de peaux âgées de 36 mois en moyenne. Les cuirs sont tous « pleine fleur », tannés selon la méthode « végétal mixte » et teints à l'aniline dans la masse, donnant un aspect naturel et non camouflé. En effet, un cuir véritable a des caractéristiques naturelles, les ombrages et les plis de graisse témoignent de la bonne santé de l'animal. Les cicatrices importantes sont éliminées pour des raisons esthétiques et parce qu'elles risquent d'entraîner des faiblesses de la peau. Par contre, petites et bien cicatrisées, elles sont le signe de l'authenticité et de la beauté d'un cuir qui n'a rien à cacher.

Un cuir de qualité s'améliorera avec le temps, s'assouplira et prendra les plis et les reflets chaleureux de la patine naturelle. Agréable neuf, il deviendra beau au bout de quelques années et durera des décennies.